RSS

Bonjour à tous, j’écris ce petit billet pour ceux qui visitent mon blog, plus ou moins souvent, qui reviennent. Ca fait longtemps que je n’ai pas écrit d’articles. Le fait est qu’étant étudiante, le temps que je consacre à la lecture en période scolaire (c’est-à-dire, une bonne partie de l’année!) est assez restreint, ce que je regrette beaucoup, puisque j’adore lire. Et lorsque je suis en vacances, le temps passe tellement vite, qu’une fois les livres refermés, j’ai à peine le temps d’écrire ce que j’ai pensé de ceux-ci, de donner mon avis. L’air de rien, ça en prend du temps, et j’ai démarré ce blog à un moment ou j’en avais. Je voulais faire un blog qui soit agréable à visiter, faire découvrir des auteurs, et là encore, j’avoue que certains articles que j’ai écris me paraissent un peu baclées ( là encore, le temps me manquait, mais aussi le souvenir, notamment concernant les oeuvres de jeunesse, que j’ai lu étant plus jeune, qui m’avaient marqués, mais évidemment le souvenir que j’en avais n’était plus aussi frais en moi, et les impressions ne sont plus les mêmes). Je vais donc essayer de corriger ce qui n’allait pas dans mes articles -parce qu’en soi, un résumé sans rien d’autre, ca se trouve sur tous les sites, et le blog justement permet de donner nos propres impressions, nos avis personnels, enfin pour ma part c’est aussi ce que je cherche lorsque je visite un blog- et d’autre part, je vais essayer de mettre à jour, avec d’autres articles aussi sur les livres que j’ai lu par la suite, pour lesquels j’ai mis les choses par écrit. Quant au rhytme de ces articles, je ne me fais pas d’illusions!! Il me reste encore moins d’un mois de vacances et puis après, retour à la fac!!

 Donc voilà, même si j’ai un peu laissé ce blog à l’abandon, au niveau des articles, je n’ai pas l’intention de le fermer, je suis souvent venue voir, notamment les commentaires, ca me fait plaisir de les lire, de plus j’y ai mis beaucoup de temps, et mise à part quelques articles, ça correspond plutôt à ce que je voulais faire au début.

Publicités
 
3 Commentaires

Publié par le août 9, 2010 dans Dossiers

 

Le club de Jane Austen, de Karen Joy Fowler

Etant une grande amatrice de Jane Austen, je ne pouvais qu’être attirée par ce livre : Cinq personnes se réunissent pour parler des œuvres de Jane Austen tels que « Orgueil et préjugés » ou « Raisons et sentiments »…

Chaque réunion est en fait l’occasion d’évoquer un de ses romans…Et à chaque roman est associé un personnage, pour qui ce livre a une place particulière dans son cœur, et dans sa vie…Mais ces réunions sont avant tout une occasion de plonger dans la vie passée et présente de chacun de ces personnages, savoir qui ils sont, suivre les liens qui se sont tissés entre eux, et voir leur évolution.

 En fait, je n’ai passé pas réellement été emballée par ce roman, le sujet, l’idée était bonne pourtant.L’alternance entre les discussions sur les œuvres et la vie des personnages est assez étrange. Le début de l’histoire était bien, et prometteur, mais je n’ai pas trouvé ça prenant, j’ai eu du mal à terminer le livre (par désintérêt !)

De plus, les discussions sur les œuvres me semblaient trop courtes, comme baclées, par rapport au récit de leurs vies. Cela donnait l’impression que Jane Austen et ses œuvres n’était qu’un prétexte, que ça aurait pu être n’importe quel auteur…

Même les résumés à la fin du roman ne m’ont pas paru réellement approprié aux œuvres, ni aux style de J.Austen,…

En bref, ce roman m’a déçu, il n’était pas à la hauteur, selon moi, de ce que le simple titre, pouvait laisser espérer.

 
3 Commentaires

Publié par le juin 19, 2010 dans Romans

 

La pitié dangeureuse, de Stefan Zweig

« Il y a deux sortes de pitié. L’une molle et sentimentale qui n’est en réalité que l’impatience de coeur de se débarasser le plus vite possible de la pénible émotion qui vous étreint devant la souffrance d’autrui, qui n’est pas du tout la compassion, mais un mouvement instinctif de défense de l’âme contre la souffrance étrangère. Et l’autre, la pitié non sentimentale, mais créatrice, qui sait ce qu’elle veut et, est décidée à persévérer jusqu’à l’extrême limite des forces humaines. »

En 1913, dans une petite ville de garnison autrichienne, Anton Hofmiller, jeune officier de cavlerie, est invité dans le château du riche Kekesfalva, où régne le luxe, la beauté, un univers qu’il n’a pas l’habitude de cotoyer. Au cours de la soirée, il invite la fille de son hôte, Edith à danser, ignorant qu’elle est paralysée. Désireux de réparer sa gaffe, Anton pris de pitié pour l’infirme, multiplie bientôt ses visites. Face à la douleur de cette famille, celle d’Edith, face à l’impuissance et au desespoir aussi de Kekesfalva, il n’est plus capable d’agir librement, avec autant d’insouciance qu’autrefois. Tous ses faits et gestes le ramènent au souvenir d’Edith, prisonnière de sa paralysie.
Edith, qui cache de plus en plus mal l’amour que lui inspire le bel officier, qui lui ne s’aperçoit de rien, jusqu’au moment où il sera trop tard. Car dangereuse est la pitié.

A tavers cette histoire d’amour déchirante comme une tragédie antique, où la fatalité aveugle ceux qu’elle veut perdre, Anton, Edith, M. de Kefesfalva et le Docteur Condor sont les symboles d’une civilisation sur le point de mourir, le temps d’une valse…

Cest le premier roman de Stefan Zweig que j ‘ai l’occasion de lire, et j’ai beaucoup aimé. S. Zweig décrit  fidèlement et avec beaucoup de justesse, les sentiments humains, les relations être ses personnages. J’ai particulièrement aimé le passage où S. Zweig, à travers son personnage pincipal Anton, parle avec justesse et finesse, du sentiment étrange que peut ressentir un être qui est l’objet d’un amour, d’une passion, sans qu’il en soit consciemment responsable, un amour auquel il ne peut répondre. Car en effet, si la description ( plus ou moins subtile et juste d’ailleurs) des sentiments amoureux et de la passion, est assez répandue dans la littérature ( sentiments de la personne qui aime), l’inverse ( sentiments de la personne qui est aimée), l’est beaucoup moins. Et, ici, c’est fait de façon subtile.

 
Poster un commentaire

Publié par le août 18, 2009 dans Romans

 

En lisant Tourgueniev, de William Trévor

Au fil des brefs capitres alternés, c’est le destin de la pâle et touchante Marie-Louise, qui finit ses jours en marge des gens dits « normaux » qui nous est raconté. Tandis que nous reviennent par bouffées les souvenirs banals et atroces, d’un passé qui refuse de se laisser oublier:
Son mariage (non consommé) avec Elmer, un petit commerçant de la ville, qui représentait pour elle la modernité, la nouveauté.
Sa cohabitation difficile avec ses deux belles-soeurs, qui étaient là à guetter le moindre faux pas, qui ont vu l’arrivée de Marie-Louise dans leur vie bien établie, et dans leur famille comme une intrusion. Et qui ne reculaient devant rien, pour lui faire comprendre qu’elle n’etait pas désirable chez elles.
Et surtout son amour tendre pour son cousin malade, avec lequel elle se sentait tant en harmonie, avec lequel elle lisait avec bonheur les oeuvres de Tourgueniev, mais qu’elle finira par perdre…

J’ai été réellement surprise, touchée par ce roman, triste par ailleurs. Pourtant rien ne le laissait présager. Rien d’exceptionnel dans l’intrigue de ce roman, si intrigue il y a; Ce qui estracontée, ce n’est que le destin d’une femme ordinaire. Et pourtant, au fur et à mesure qu’on avance dans l’histoire, et l’air de rien, on est pris à la gorge, ému (surtout à la fin). Sous les apparences d’une histoire banale, c’st un magnifique roman sur la solitude, et l’amour, et ce au delà de la mort.

 
1 commentaire

Publié par le juin 19, 2009 dans Romans

 

Lettre d’une inconnue, de Stefan Zweig

Confession, au chevet de son enfant mourant, d’une jeune femme à un homme qu’elle a aimé toute vie, et qui ne l’a jamais vraiment  « vue », jamais vraiment regardée.

« A toi qui ne m’a jamais connue », c’est ainsi que commence la longue lettre que reçoit R…, un écrivain célèbre de Vienne, le soir de ses quarante-et-un an.
La jeune file n’a que 13 ans, et habite seule avec sa mère. Surgit alors dans sa vie, un homme, un écrivain célèbre ( qui n’est autre que R…), qui s’installe dans l’appartement faisant face au leur. Elle ne l’a pas encore vu, que déjà il occupe ses pensées.
Mais dès sa première rencontre avec lui, c’est le coup de foudre (non réciproque, maleureusement pour elle ). Elle est fascinée par cet homme, de 25 ans, beau, élégant, qui a tout pour lui, adulé et admiré par ous, et surtout par les femmes.
Dès lors, cet homme devient le centre de sa vie, c’est un amour, une passion absolue qu’elle ressent, alors que lui semble à peine remarqer son existence.
Mais un beau jour, et parce que sa mère a décidé de tourner une page de sa propre vie, elle se voit obligée de quitter cet endroit, cet appartement qui lui était devenu si cher. C’est un vértable déchirement.
Pourtant la jeune femme reviendra vers ce lieu sacré, vers cet homme tant chéri, qu’elle n’a jamais oublié, et qu’elle n’oubliera jamais, d’ailleurs.
A différents moments de leurs vies, ils se rencontront, il l’aimera même l’espace de quelques nuits, mais jamais il ne la « regardera ».

J’ai trouvé ce texte bouleversant, beau et triste, c’est l’histoire d’une passion unique et absolue d’une femme pour un homme qui ne l’aimera jamais en retour.

 
1 commentaire

Publié par le juin 19, 2009 dans Romans

 

La duchesse de Bloomsbury street, de Helene Hanff

La Duchesse de Bloomsbury Street propose une suite à 84 Charing Cross Road : après toute une vie d’attente, Helene Hanff arrive enfin à Londres en juin 1971 : celle qui fut une Amélie Poulain avant l’heure est enfin récompensée. Son ami le libraire Frank Doel est décédé, mais sa veuve, sa fille et une foule de personnages hauts en couleur l’accueillent lors de ce séjour – ses premières vacances, à l’âge de cinquante-deux ans.

Dans ces pages, ses admirateurs la retrouveront fidèle à elle-même, incisive, hypersensible, coléreuse aussi, mais toujours magnifiquement lucide. S’adressant cette fois directement au lecteur, Miss Hanff nous offre un pèlerinage unique en son genre jalonné de points de vue savoureux sur des sujets aussi divers que l’architecture, un déplacement en bus, le fonctionnement des douches, la famille royale, la bonne santé des syndicats ou la littérature anglaise, son grand amour. Les fantômes de Shakespeare et de George Bernard Shaw sont d’ailleurs les guest-stars de ce journal intime.

Dans ce 2ème roman, nous retrouvons l’héroïne de « 84, Charing Cross Road », qui peut enfin aller en Angleterre, après le succès de son premier roman, et pour en faire la promotion. En Angleterre, en plus des nombreux amis qu’elle a eu par une correspondance assidue ( les collègues de Fanck Doel, sa femme et sa fille) , elle y trouve aussi de nombreux fans, qui on été charmés par la correspondance entre Hélène et Franck, charmé par la personnalité atypique de Hélène. On suit Hélène à la découverte de cette ville, de  ses célèbres monuments et autres trésors que cete ville recèle, ainsi qu’à la rencontrde personnages hauts en couleurs. Dans ce roman, il y a encore des références littéraires, Hélène évoque les grands écrivains anglais, mais le sujet est plus centré sur sa visite, les personnages. Ca se lit, mais j’ai un peu moins apprécié que le précédent.

 
Poster un commentaire

Publié par le juin 19, 2009 dans Romans

 

84, Charing Cross Road, de Helen Hanff

3 novembre 1949.
« Les livres me sont bien parvenus, le Stevenson est tellement beau qu’il fait honte à mes étagères bricolées avec des caisses à oranges, j’ai presque peur de manipuler ces pages en vélin crème, lisse et épais. Moi qui ai toujours eu l’habitude du papier trop blanc et des couvertures raides et cartonnées des livres américains, je ne savais pas que toucher un livre pouvait donner autant de joie. (…) Pourriez-vous désormais traduire vos prix Même en américain, je ne suis pas très forte en calcul, alors maîtriser une arithmétique bilingue, ça tiendrait du miracle ! »

Par un beau jour d’octobre 1949, Helene Hanff s’adresse depuis New York à la librairie Marks & Co., sise 84, Charing Cross Road à Londres. Passionnée, maniaque, un peu fauchée, extravagante, miss Hanff réclame à Franck Doel les livres introuvables qui assouviront son insatiable soif de découvertes. Vingt ans plus tard, ils s’écrivent toujours, il s’est établi entre eux une véritable amitié. Drôle et pleine de charme, cette correspondance est un petit joyau qui rappelle avec une délicatesse infinie toute la place que prennent, dans notre vie, les livres et les librairies.

J’ai lu ce roman épistolaire, qui a pour sujet central le livres, l’amour de ceux-ci. Etant passionnée de livres, j’ai été de suite attirée.
La correspondance débute au lendemain de la seconde guerre. Le ton est léger, vif. L’auteur, par sa spontanéité et sa générosité va charmer ses interlocuteurs (Franck, puis par la suite ses collègues et sa famille). La lecture de ce roman est agréable, et j’ai bien aimé. Cependant les oeuvres qui étaient évoquées sont assez différents de ce que j’aime lire, l’auteur préférant les essais, biographies aux romans (c’est le contraire pour moi). En cela, je pense que je n’ai pas pu apprécier toutes les critiques, les anecdotes qu’elle nous livre sur certaines oeuvres. Je pense que j’aurais apprécié d’autant plus, si les oeuvres évoquées étaient  des romans ( de toute époque d’ailleurs). Mais mis à part cela, j’ai apprécié.

 
Poster un commentaire

Publié par le avril 16, 2009 dans Romans